[Réflexion co-citoyenne] Le Budget Participatif est-il une avancée démocratique ?

Un Budget Participatif est un dispositif de démocratie participative qui permet aux habitants de décider de l’affectation d’une partie du budget d’investissement de la ville. L’ensemble du processus vise à ce que les habitants puissent proposer des projets pour leurs quartiers puis qu’ils soient votés par l’ensemble la population.

Notre association Co-city travaille depuis 2016 avec le Budget Participatif de la ville de Paris afin de renforcer le pouvoir d’agir des habitants. Pour l’édition 2018, nous accompagnons les habitants des quartiers populaires du 19ème et du 20ème arrondissement dans l’émergence de projets.

Dans ce cadre, nous étions présents aux 2ème Rencontres Nationales des Budgets Participatifs à Rennes. Ce temps de réflexion à partir de multiples retours d’expériences nous a amené à nous interroger sur les différentes pratiques et pistes d’amélioration des budgets participatifs afin de repenser notre accompagnement.  

Comment mobiliser tous les habitants afin qu’ils s’approprient le Budget Participatif ? Comment faire en sorte que le Budget Participatif inclut tous les habitants ?

Les villes aussi sont touchées de près par le contexte de crise démocratique. Le pouvoir public rencontre de plus en plus de difficultés à mettre en place des méthodes efficaces de mobilisation. Du côté des habitants, on assiste à un accroissement de la méfiance et de la défiance vis-à-vis des dispositifs institutionnels. Ce constat peut nous interroger sur la finalité du dispositif. A savoir, si il apparaît comme un outil de communication ou une réelle avancée démocratique ? Dans tous les cas, nous avons constaté un décalage entre la théorie et la pratique. C’est pourquoi il nous semblait important de revenir sur deux éléments essentiels pour la mise en place de tout budget participatif : Comment sensibiliser et inclure tous les habitants ? Comment faire en sorte de renforcer le pouvoir d’agir de tous les habitants ?

 

  • Comment sensibiliser et inclure tous les habitants ?

En France, les budgets participatifs sont des outils de démocratie participative récents et ne sont pas encore connus par la majorité des habitants. L’enjeu de la communication “grand public” est donc primordial. Nous pourrions nous demander comment vulgariser la communication afin qu’elle soit adaptée à l’ensemble de la population et notamment aux personnes exclues des dispositifs habituels de participation et des outils numériques. A Rennes, une bande dessinée a été réalisée afin de sensibiliser les jeunes et les personnes qui ne lisent pas bien le français au Budget Participatif.

Une campagne de communication “grand public” est un bon premier pas pour que les habitants puissent prendre connaissance du dispositif mais il est important de réaliser des actions dans l’espace public afin d’établir un contact direct avec les habitants et de renforcer le rôle de la campagne de communication. Chez Co-city, nous réalisons des actions de peintures participatives dans l’espace public en collaboration avec l’association Splash Mouv’n’Swing et avons adaptés nos ateliers de sensibilisation pour les rendre plus ludiques et accessibles.

Malgré une bonne sensibilisation autour du dispositif, le découpage territorial est un critère inéluctable afin d’éviter le renforcement de l’effet de centralisation et de lutter contre les disparités territoriales et les inégalités sociales. Par exemple, lors de la première édition du Budget Participatif de Rennes, le budget n’était pas réparti sur des territoires particuliers. Cela a provoqué une concentration des projets lauréats en centre-ville. Nous pourrions donc nous demander comment lutter contre ces dérives. A Paris, le budget est réparti par arrondissement et 30% sont consacrés aux quartiers populaires.

Ces conditions sont nécessaires mais ne sont pas suffisantes pour lutter contre les inégalités sociales et faire en sorte que ce ne soit pas toujours les mêmes personnes qui participent activement à la vie de la ville. Il faut également qu’il y ait de vrais moyens mis à disposition pour l’accompagnement des populations éloignées des outils de participation traditionnels et exclues du numérique. Chez Co-city, nous mettons en place des ateliers adossés à des structures locales ciblées.

 

  • Comment faire en sorte de renforcer le pouvoir d’agir de tous les habitants ?

3 exigences : transparence, sincérité de la démarche et gouvernance

Le Budget Participatif doit être suffisamment transparent pour que les habitants puissent décider de participer ou non selon s’ils pensent que cela peut vraiment améliorer leur vie et leur quartier. Le Budget Participatif est un moyen de faire prendre conscience aux habitants de l’échelle temporelle des projets publics et peut également être considéré comme un outil pédagogique efficace de compréhension du système démocratique.Tout d’abord, concernant l’inéligibilité d’un projet, la collectivité se doit de fournir une réponse justifiée et détaillée des raisons du refus. Enfin, pour les projets lauréats il est important de communiquer de manière transparente afin d’associer le porteur de projet à l’ensemble du cycle du projet. Le respect des ces conditions permet d’éviter la frustration des porteurs de projets et donc à terme de renforcer l’implication des habitants.

Pour de nombreux habitants, la sincérité de la démarche des collectivités reste à prouver. En effet, la dérive principale réside dans le fait qu’un Budget Participatif puisse être utilisé comme un outil de communication qui serve à légitimer l’action politique. Si on veut mettre en place ce genre de dispositif, il faut accepter que certains projets soumis aux votes ne correspondront pas forcément à la ligne politique des élus d’une mairie.   

Cela nous renvoit à la question de la gouvernance, il est indispensable de penser la gouvernance d’un tel dispositif en y associant les habitants et structures locales (associations, centres sociaux/d’animation, espaces jeunes…). On pourrait imaginer une commission indépendante composée d’associations et habitants tirés au sort réalisant un contrôle citoyen sur le dispositif. Afin d’éviter tout conflit d’intérêt, les associations comme Co-city qui travaillent avec le Budget Participatif de Paris ainsi que les porteurs de projets ne pourraient pas siéger dans cette commission.

Kévin de Co-city 


Après la réflexion, place à l’action !

Ces éléments nous ont amené à faire évoluer nos actions en lien avec le Budget Participatif de la ville de Paris 2018. Nous vous invitons à prendre connaissance du planning afin d’y participer :

– 10/01 à 14h action dans l’espace public avec l’association Splash Mouv’n Swing (peinture participative) – Orgues de Flandres 19ème

– 11/01 à 18h30 au Centre Paris Anim’ Angèle Mercier avec le conseil citoyen du 19ème

– 12/01 à 14h au Centre Social Rosa Parks 19ème

– 12/01 à 17h à l’Espace Jeunes Davout 20ème

– 13/01 à 14h30 action dans l’espace public avec l’association Splash Mouv’n Swing (peinture participative) – Belvédère du parc de  Belleville 20ème

– 17/01 à 14h30 action dans l’espace public avec l’association Splash Mouv’n Swing (peinture participative) – Cité michelet 19ème

– 24/01 à 14h30 action dans l’espace public avec l’association Splash Mouv’n Swing (peinture participative) – 20ème

– 27/01 à 10h30 au Centre Social la 20ème chaise

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :